Les nouvelles formes de tourisme

Les nouvelles formes de tourisme

Face aux enjeux environnementaux que soulève le tourisme et plus particulièrement le tourisme de masse, on peut se demander si arrêter de voyager est la seule solution. Au sein d’EQUILIBRE, nous considérons le voyage comme une source d’apprentissage incroyable. Cette richesse intérieure que nous apporte le voyage nous amène plus à essayer d’imaginer le tourisme autrement, plutôt que de simplement dire « si c’est le problème, on l’arrête et il n’y aura plus de problème ».

Dans cet article, nous vous présentons de nouvelles formes de tourisme qui existent. Des manières « différentes » qui reviennent aux sources du voyage.

 

Les nouvelles formes de tourisme : le slow tourisme

Le slow tourisme est une nouvelle forme de tourisme qui veut rompre avec la logique d’immédiateté dans laquelle nous berçons au quotidien. Il s’agit de ralentir le rythme, de prendre son temps pour vivre les choses. Avec le slow tourisme, on souhaite privilégier un voyage de qualité plutôt que de quantité. C’est une manière globale de repenser son séjour.

Il s’agit tout d’abord de s’interroger sur nos modes de vie. Nous avons tous envie de s’évader le temps d’un week-end, d’aller voir de la famille ou des amis à l’étranger. Mais en courant partout le temps d’un week-end à Rome, pouvons-nous vraiment nous ressourcer ? Nous avons donc le choix d’imaginer les choses autrement. Nous pouvons prioriser nos envies. Nous pouvons accepter qu’il soit impossible en une seule vie, de se rendre partout, de tout voir et de tout connaître.

Ensuite, on traduit le slow tourisme, par le transport slow. Nous avons vu dans notre article sur Le danger du tourisme de masse l’impact écologique des différents modes de transport. Avec cette nouvelle logique de voyage proposée par le slow tourisme, nous repensons nos moyens de transport. Pour les courtes et moyennes distances, on privilégie le bus, ou le train, ne réservant l’avion que pour les longs courriers. On limite également le nombre de voyages longue distance que l’on fait.

Après, le séjour en lui-même est imaginé différemment. Le but du séjour est de prendre son temps et de ne pas se lancer dans une course folle aux lieux touristiques pour cocher toutes les cases de sa liste. Il s’agit au contraire de choisir moins d’activités pour plus s’investir dans celles-ci. C’est également profiter de ce temps de voyage pour en apprendre plus sur les personnes qui nous accueillent et sur nous-même. Et cela passe par le fait de flâner dans les rues, de se reposer en prenant du temps pour soi, de discuter avec les locaux.

Enfin, le slow tourisme cherche à rendre chaque expérience enrichissante pour la personne qui la vit. Savoir faire preuve d’introspection, et profiter du moment présent. Cela sous-entend un détachement des réseaux sociaux et du partage instantané.

Nouvelles formes de tourisme

 

Les nouvelles formes de tourisme : les séjours participatifs

Le tourisme participatif veut créer un véritable lien social et retrouver une hospitalité parfois oubliée lorsqu’il s’agit de tourisme de masse. C’est une manière de réinventer le sens de l’hospitalité : il s’agit de découvrir autrement une ville ou une région grâce au regard que porte le résident sur son propre environnement.

Ces séjours se traduisent souvent par des manières « atypiques » de voyager. Les formes aujourd’hui les plus connues de séjour participatifs sont le couchsurfing et le woofing.

Le couchsurfing consiste à pouvoir se loger gratuitement n’importe où dans le monde chez l’habitant. Ceci dans l’optique de favoriser l’échange entre les peuples et les cultures. Les membres de cette communauté sont ouverts à faire découvrir leur ville et à échanger avec leurs invités. Cette manière économique et enrichissante de voyager et radicalement nouvelle et s’oppose au tourisme de masse que nous nous imposons tous les jours.

Le woofing, toujours dans cette dynamique d’échange, consiste à « travailler » dans une ferme biologique quelque part dans le monde en échange du gîte et du couvert. Partage, échange et convivialité sont les maitres mots de cette pratique en pleine expansion. C’est une méthode gagnant-gagnant qui permet au voyageur de découvrir un quotidien différent du sien, tout en visitant un nouvel endroit du monde et en partageant des moments inoubliables avec son hôte.

Les séjours participatifs sont en plein essor et il existent de nombreux moyens de vivre son voyage auprès de la population locale, dans une réelle démarche authentique et écologique.

 

 

Les nouvelles formes de tourisme : le tourisme local Nouvelles formes de tourisme

Il est amusant de constater qu’on connaît souvent mieux des villes ou des pays à des milliers de kilomètres de chez soi alors qu’on ne connaît que très peu l’histoire de notre propre environnement quotidien. La prise de conscience écologique et la pression économique sont deux facteurs qui impactent de plus en plus le choix des destinations de voyage. Nous voyons alors depuis quelques années un fort essor du tourisme local, favorisant une nouvelle manière de redécouvrir son pays, sa région et son terroir. C’est également un excellent moyen de soutenir l’économie locale.

Le tourisme de proximité se veut « à taille et à visage humains ». C’est ne plus voir le tourisme comme une simple offre marchande, mais au contraire, de partager des émotions en faisant découvrir sa région. L’essence même de cette forme de tourisme se veut « éco-responsable ». Il s’agit de découvrir ses traditions, son terroir et son artisanat. D’aller à la rencontre des habitants comme nous le ferions dans un autre pays.

Il n’est pas nécessaire de partir à l’autre bout du monde pour se sentir dépaysé, surtout dans un pays aussi riche en diversités que la France !

 

Voyager responsable implique une réflexion totale sur nos modes de vie et nos modes de consommations. Au delà du type de voyage que vous choisissez, vous pouvez également adopter des attitudes de voyageur responsable. Consultez notre article 8 conseils pour voyager responsable, pour avoir des pistes vers un tourisme plus respectueux de l’environnement. Ensemble, voyageons autrement !

 

– Maurane

1 Comment

Post A Comment