Du tourisme de masse au tourisme régénérateur !

Du tourisme de masse au tourisme régénérateur !

A l’heure où il est devenu, tout « simplement », extrêmement difficile de voyager, chacun se plait à imaginer son voyage de demain. Celui où il retrouvera la douceur de la découverte, de l’exploration, les sensations et la beauté des paysages sous-marins…  On se prend alors tous à rêver d’un autre demain, d’un autre tourisme, plus responsable, moins impactant, plus authentique, moins dégradant. Le temps est venu où le voyageur écoresponsable réfléchit à la valeur de ses voyages…ÉQUILIBRE, créé en Janvier 2020, vous permet de voyager de façon plus réfléchie, plus responsable, dans des destinations éloignées du tourisme de masse, à protéger. Et si nous allions un peu plus loin ? Et si nous vous offrions la possibilité de contribuer positivement par vos actions, par votre voyage, à la régénération de nos ressources ? Et si nous définissions, ensemble, le tourisme de demain sous mode de tourisme régénérateur ?  

UNE BRÈVE HISTOIRE DU TOURISME 

Selon le Larousse, la définition même du mot tourisme est « l’action de voyager, de visiter un site pour son plaisir ». 

Historiquement, le tourisme a d’abord été une pratique culturelle avant de devenir un phénomène de masse et de revêtir d’importants enjeux économiques. C’est Stendhal qui francisera officiellement le terme « Tourism » en 1838 dans ses « Mémoires d’un touriste », livre de voyage où il décrit son voyage de plusieurs mois en France. 

Le tourisme tel que nous le connaissons émerge au cœur du XIXe siècle. Dans les années 1840, Thomas Cook crée des voyages organisés sur le territoire britannique et les premiers voyages organisés vinrent des anglais. 

A partir de 1850, les premiers circuits touristiques, stations balnéaires, thermales et de montagne fleurissent en Europe, les premiers offices de tourismes en France font leur apparition à la fin du XIXème siècle, les premiers guides de voyages sont édités.

Le XXème siècle, et notamment la période d’après-guerre verra quant à lui l’apparition de la notion de tourisme de masse, profitant des congés payés, de la révolution des transports, de l’automobile familiale, de la croissance du pouvoir d’achat et de l’offre touristique. Dans un ouvrage paru en 1955, l’académicien André Siegfried évoque le «tourisme organisé», comme ce tourisme de série devenu l’un des aspects les plus typiques de notre siècle. 

Depuis, des millions de vols charters ont décollé un peu partout à travers le monde, des millions d’hôtels ont été construits, de façon plus ou moins responsable, des milliards de touristes ont débarqué, entrainant du « surtourisme » et, peu à peu, la saturation de certains sites et la dégradation progressive des ressources. 

Nous connaissons désormais tous, et malheureusement, les conséquences du tourisme de masse : déchets produits en masse, abus de ressources en eau et électricité, émission de CO2 et gaz à effet de serre, impacts sur la faune, la flore, et bien d’autres effets négatifs de ce type de tourisme. 

Pour donner un simple exemple : en moyenne, dans les régions tropicales 27 litres d’eau par jour et par habitant consommée contre plus de 100 litres pour un touriste (données ministérielles de 2005). Qu’en est-il en 2020 ? 

Le tourisme massif produit « des effets extrêmement clivant sur la population locale : d’un côté des gens s’enrichissent, et de l’autre des gens subissent, sont prolétarisés et marginalisés ». 

Le tourisme apporte son lot d’impact sur la population locale qui ne trouve plus sa place dans les grandes villes achalandées. Des phénomènes ont été observés dus au tourisme massif, tel que la prostitution enfantine et adulte (appelé communément tourisme sexuel), déplacement des populations pour laisser place aux projets immobiliers dans l’hôtellerie, la croissance du crime et trafic de drogue… 

CRÉATION DE L’OMT ET UNE PRISE DE CONSCIENCE PROGRESSIVE  

Créée en 1974 par 54 états, l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) est destinée à promouvoir et développer le tourisme, notamment pour un tourisme responsable, durable et accessible à tous, en veillant sur l’intérêt des pays en développement. 

La définition du tourisme est alors formalisée par l’INSEE selon : 

« Les activités déployées par les personnes au cours de leurs voyages et de leurs séjours dans les lieux situés en dehors de leur environnement habituel pour une période consécutive qui ne dépasse pas une année, à des fins de loisirs, pour affaires et autres motifs ». 

L’Organisation encourage l’application du Code mondial d’éthique du tourisme pour s’assurer que les pays membres, les destinations touristiques et les entreprises du secteur maximisent les effets économiques, sociaux et culturels positifs de cette activité et en recueillent tous les fruits tout en réduisant au minimum les répercussions négatives sur la société et sur l’environnement. 

L’OMT compte aujourd’hui 400 états membres.  

Parallèlement, l’ensemble des acteurs du tourisme intègrent peu à peu dans leurs démarches des notions de plus en plus respectueuses de l’environnement, des ressources et des populations. Les mots « écoresponsable », tourisme durable, tourisme plus authentique mais aussi préservation, conservation, respect prennent de plus en plus de sens et de place dans la notion de voyage. De nombreuses associations, organisations et groupes de réflexions fleurissent afin de définir des codes de conduite plus stricts, plus respectueux et intégrer, enfin, les enjeux climatiques dans le voyage. 

Du tourisme responsable au tourisme régénérateur

Des organisations telles que « Acteurs du Tourisme Durable (ATD) », « Agir pour un Tourisme Responsable (ATR) », mais aussi le petit dernier, né pendant la crise du COVID et en réflexion sur ce que sera le tourisme de demain : « Respire, le tourisme de demain » ont créé chartes et livres blancs d’étude et de préconisations pour un tourisme plus durable. En cliquant sur les liens, vous pourrez télécharger des outils précieux. 

ÉQUILIBRE S’ENGAGE À FAIRE PLUS EN INITIANT UN TOURISME RÉGÉNÉRATEUR 

Depuis sa création en Janvier 2020, l’engagement d’ÉQUILIBRE est de vous permettre de voyager en réduisant votre impact carbone : 

– en sélectionnant des acteurs partenaires engagés dans la protection de leurs ressources et de l’environnement (hôtels, centres de plongée, prestataires d’activités) 

– compensant l’émission de votre vol en participant financièrement, sans surcout pour le voyageur, à des projets de préservation, de régénération, des projets d’éducation et actions environnementales de la destination sur laquelle vous voyagez.  

Ainsi, votre voyage coûte moins cher à la planète. 

Et si nous allions plus loin ?  

Qu’est-ce que le tourisme régénérateur ?  

Alors que le tourisme durable prône des pratiques plus responsables, moins impactantes et plus pérennes pour la population et les ressources, le tourisme régénérateur a l’ambition d’agir pour régénérer les ressources et de rendre les choses meilleures pour les générations futures. 

Considérant que la durabilité a pour objectif de ralentir la dégradation, ÉQUILIBRE souhaite aller plus loin et proposer de contribuer à la régénération. 

Vous voulez agir et, vous aussi, pratiquer le tourisme régénérateur ? 

Partir en voyage plongée, en profiter pour agir, contribuer à la protection de la nature, sous l’eau et sur terre… Voici ce à quoi pourrait ressembler votre prochain voyage ! 

Prenons un exemple concret :

Vous êtes plongeur et vous souhaitez apprendre et contribuer à la régénération des récifs coralliens sur l’une des sublimes destinations offertes par Équilibre. 

En partenariat avec Ocean Quest Global, ÉQUILIBRE vous propose un séjour de 6 jours dédié à la restauration d’un récif corallien, à coupler avant ou après un séjour « plongée plaisir ». Ainsi, votre voyage aura un impact doublement positif : votre plaisir et la régénération des ressources. 

Si l’on se plonge plus en détail dans ce qui vous sera offert : 

– le premier jour sera dédié à l’apprentissage : la fondation Ocean Quest, le corail, les techniques de propagation mais également une première plongée dédiée à l’étude du récif : identification des espèces, leur état, les forces et les faiblesses de ce récif corallien 

– les jours suivants alterneront théorie et pratique afin de construire votre nurserie de corail 

– à la fin, vous vous verrez diplômé par l’organisation Ocean Quest et deviendrez parrain de votre nurserie. 

Durant le séjour, une journée sera consacrée au nettoyage des fonds et de la plage avec notre partenaire « Un Océan de Vie ». 

De plus en plus de plongeurs souhaitent désormais voyager plus écoresponsable, plus impliqué, plus « intelligent » afin de réduire leur impact, protéger, voire de reconstruire et régénérer ce qui depuis des années souffre des effets du réchauffement mais aussi du tourisme de masse.

La priorité de l’équipe ÉQUILIBRE pour les années à venir est de travailler conjointement avec des ONG à travers le monde afin de proposer des actions concrètes, tant en termes de compensation carbone, que de tourisme régénérateur. D’ici quelques semaines, ÉQUILIBRE vous offrira un choix de séjours construits avec des partenaires et, ainsi, vous apporterez, vous aussi, votre petite bulle à la régénération de notre environnement si fragile.

Chez ÉQUILIBRE, nous sommes persuadés qu’à la suite de la crise COVID, cette récente forme de tourisme deviendra de plus en courante et permettra à beaucoup de voyager tout en gardant à l’esprit cette notion de préservation de l’environnement. Voyager oui… mais protéger avant tout !

1 Comment
  • Philippe.
    Posted at 13:10h, 08 février Répondre

    Bonjour moi c,est Philippe  » Mabul Marine Ecology project » j,habite en Malaysie/Sabah/Borneo et m,occuppe d,une ONG ici sur la petite île de Mabul,,,nous fesons du nettoyage sous marin des récifs autour de l,île,,,et je plante des fragments de Coraux cassés sur des structures artificiel,,,recif artificiel,,,nous avons un resort » Mabul backpackers » et proposons de la Plongée sous marine et snorkeling autour de l,île de Mabul/Kapalai et Sipadan,,vous trouvez ma page sur face book,,,nous cherchons une clientelle de plongeur ou non plongeur pour des sejours eco responsable,,,je suis moniteur de plongée CMAS 3etoiles,,,et ecologyste marin….contactez moi si interessé…Subaquatiquement: Phil.

Post A Comment

Abonnez-vous à la Newsletter d'ÉQUILIBRE

Recevez un concentré de rêves et d'évasions dédié au voyage plongée écoresponsable à chaque newsletter !

Thank you for subscribing.

Something went wrong.

Send this to a friend