Propagation de corail, une méthode développée par Ocean Quest et Sea Shepherd Dive

Propagation du corail

Propagation de corail, une méthode développée par Ocean Quest et Sea Shepherd Dive

Il y a quelques années, Carol a eu la chance de rencontrer Anuar Abudullah, fondateur de l’association Ocean Quest Global. Que de points communs dans leur passion pour les océans, leur combat pour les préserver et leur volonté de faire toujours un peu plus en ce sens ! Malgré tout l’intérêt porté aux séminaires de formation offerts par l’association et la grande envie de Carol de mettre en place ces programmes aux Philippines, il lui aura fallu attendre Novembre 2019 pour, enfin, découvrir les techniques Ocean Quest et apprendre à bouturer du corail.

Créer une nurserie de corail : quel rêve … Enfin !

Ocean Quest

Anuar Abudullah est un scientifique Malaysien spécialisé dans les sciences de la mer. Il a fondé Ocean Quest Global en 2010, après des années de recherches. Celles-ci lui ont permis de découvrir un procédé de propagation de corail, simple et unique, utilisant des méthodes naturelles et accessibles à tous. L’enseignement de ces techniques par des formateurs agréés permettra au petit groupe dont Carol fait partie, d’apprendre les procédures strictes, l’utilisation du « catalyste » développé par Anuar, et de mettre en action leurs acquis à travers la création d’une « vraie » nurserie de Corail, action réelle pour la préservation des récifs coralliens.

Avant la naissance de ce programme, la réhabilitation du corail était seulement réservée à des experts ou à des biologistes marins.

Objectif : « Coral propagation trainer »

Rendez-vous pris pour 3 jours intenses, alternance de théorie et de pratique au cœur des récifs coralliens.

La théorie nous apprendra que les récifs coralliens sont des écosystèmes importants et uniques, véritable protection côtière, habitat de plus d’un demi-million d’espèces végétales et animales, mais aussi dotés d’une importance capitale au niveau économique, touristique et alimentaire pour les populations vivant près des océans.

Des récifs « bien gérés » peuvent donner entre 5 et 15 tonnes de poissons, crustacés, mollusques et autres invertébrés par kilomètre carré.

En bouturant les coraux, nous pouvons créer un habitat naturel et auto-suffisant pour tous les organismes marins qui y vivent. Autosuffisance signifie que la structure du récif devient une source de subsistance et d’abri pour ses habitants. Les récifs artificiels ne peuvent pas apporter cela car ils ne sont pas producteurs de nourriture pour les organismes qui y vivent.

Une autre fonction importante des coraux est leur capacité à coloniser et à construire, faisant de leur habitat une dynamique complexe qui est aussi capable de s’adapter à des changements dans son environnement.

Comme pour les forêts tropicales, le seul moyen est de replanter, bouturer, et reconstruire peu à peu les récifs.

Nous apprendrons que propagation du corail n’est pas une science exacte. Suivant les zones, les conditions environnementales sont différentes et nous ne pouvons pas propager le corail de la même façon partout. Dans le programme de recherche Ocean Quest, nous étudions la meilleure façon de procéder en fonction des sites et de leur spécificité en tenant compte des différents types de coraux qui y vivent.

Mission Nurserie de corail, face au centre de plongée Equation à Danao Beach, Panglao, Bohol

Après une journée de formation théorique très riche dispensée par les formateurs Ocean Quest – Sea Shepherd Dive, voici venue la pratique. Mise à l’eau pour tous les élèves !

Nous présélectionnons une zone à proximité du centre de plongée Equation sur la côte de Danao Beach à Panglao, Bohol, Philippines.

L’objectif de cette première plongée est d’établir un diagnostic du site choisi pour implanter la nurserie. Crayon et ardoise sous-marine en main, nous voilà par binômes à analyser l’environnement, le type de corail le plus abondant sur la zone, la composition du fond, du récif, corail dominant et bien d’autres paramètres tels que la qualité de l’eau qui nous permettront d’optimiser les chances de réussite. Les zones comportant beaucoup de corail cassé mais encore vivant doivent être retenues comme les endroits où les morceaux de corail peuvent être collectés.

Après cette première immersion dite d’observation et d’analyse, les élèves que nous sommes sont déjà excités à l’idée de la prochaine mise à l’eau qui permettra de collecter les morceaux de corail cassés mais encore vivants qui seront ensuite bouturés sur les substrats grâce à la technique d’Ocean Quest, puis déposés lors d’une troisième immersion sur le site choisi pour la nurserie.

« Nous devons collecter des fragments de corail afin qu’il puisse être préparé et propagé. Les fragments de corail qui jonchent les fonds sous-marins peuvent être facilement récoltés à la main » nous enseignent Sabrina et Xavier, nos formateurs.

Attention, enchainent ils, nous ne touchons jamais aux colonies saines !

Nous nous mettons donc à l’eau, paniers de collecte en main, afin de ramasser substrats et morceaux de corail jonchant le fond correspondant aux pré-requis enseignés lors de la phase théorique.

Les coraux morts (calcite et aragonite) utilisés en tant que substrats entièrement naturels, vont non seulement stabiliser le PH de l’eau autour et du fait de leur couverture biologique, éviter tout l’entretien (nettoyage, grattage, etc )des récifs artificiels. On parle donc bien de nurseries organiques en créant un environnement auto suffisant pour les organismes marins.

A la remontée sur le bateau, notre panier est bien lourd ! Nous allons maintenant procéder à la propagation.

D’un côté les substrats, de l’autre les boutures. Il ne faut pas tarder, le temps est compté. Nos outils de « chirurgiens du corail » en mains, cutter, ciseaux, colle glue et catalyseur.

La méthode de « collage de récif » qui est utilisée pour propager le corail en captivité s’est avérée efficace avec un minimum de perte. Cette méthode est maintenant adaptée à la technique de propagation de corail Ocean Quest avec l’ajout d’un catalyseur spécial.

En plus d’être un accélérateur de durcissement pour la colle, le catalyseur est formulé pour améliorer la croissance du corail dans les 10 premiers jours après la division.

La catalyste sert d’antiseptique et dissout la cyanoacrylate glue après environ 2 semaines, laissant les coraux attachés de manière totalement naturelle et organique.

Après un peu moins d’une heure à bord, nous redescendrons délicatement nos boutures, les disposerons avec attention sur la nurserie que nous avons au préalable délimitée.

Fièrement, nous espérons que ces nouvelles boutures offriront un beau massif d’ici quelques mois et années.

Nous retournerons régulièrement, surveiller « nos bébés » et apprécier leur croissance !

En effet, le choix du site a été fait compte tenu de ses conditions appropriées, mais aussi afin d’avoir un accès rapide et facile depuis le centre de plongée Equation.

Vous souhaitez vous aussi vous initier à la propagation de corail ? Avec Équilibre, rejoignez l’une de nos destinations offrant la possibilité de suivre à votre tour, cette formation passionnante et contribuez, vous aussi, au repeuplement des mers : devenez acteur de votre voyage !
Plus d’infos par mail.

Découvrez les actions d’Ocean Quest et de son fondateur, Anuar, sur le site www.oceanquest.global.

Merci au centre de plongée Equation pour avoir mis à disposition sa structure, son bateau, la bonne humeur de son personnel et ses connaissances du site.

No Comments

Post A Comment

Abonnez-vous à la Newsletter d'ÉQUILIBRE

Recevez un concentré de rêve et d'évasions dédié au voyage plongée écoresponsable à chaque newsletter !

Merci de votre inscription.

Quelque chose n’allait pas.

Send this to a friend