Le krill : on a souvent besoin d’un plus petit que soi

Le krill : on a souvent besoin d’un plus petit que soi

Qu’est-ce que le krill ?

Contrairement à ce que l’on peut penser au premier abord, le krill n’est pas une espèce de crevette. Bien au contraire, lorsqu’on parle de krill, on désigne plus de 86 espèces de crustacés. Ils font partie du zooplancton et sont connus sous le nom d’euphasiques. Ils se nourrissent de phytoplancton.

Dans la majorité des discours où l’on parle de krill, on parle de « krill antarctique » qui est sujet à la pêche commerciale ou de celui du Pacifique ou du Nord.

Les euphasides du krill mesurent entre 5 et 12 centimètres de long. Et lorsqu’elles sont au stade de larve, elles sont si petites qu’elles sont considérées comme faisant partie du zooplancton marin.

Une de ses caractéristiques des plus significatives est son comportement grégaire. Le krill vit en énorme banc. Les plus petits font quelques mètres carrés, et les plus grands vont jusqu’à 300 kilomètres carrés ! Le krill représente la biomasse la plus grande de la planète.

C’est un animal exclusivement marin. On le trouve dans tous les océans du monde, du 0 à 200 mètres de profondeur. Il définit son lieu de vie sont en fonction de deux particularités océaniques :

          • les caractéristiques thermiques des colonnes d’eau
          • les zones d’affleurement (l’ascension de masses d’eau profondes, riches en minéraux et nutriments, provenant de la zone abyssale jusqu’à la surface)

Qu’elle est l’importance de la biomasse du krill dans les écosystèmes océaniques ?

L’importance du krill dans les chaînes alimentaires

Les chaînes alimentaires relient tous les organismes vivants à travers les aliments que nous consommons. Chaque niveau d’une chaîne alimentaire représente un niveau différent et chacun a son importance, étant donné que chaque maillon sert de nourriture à d’autres êtres vivants. Les chaînes alimentaires commencent avec les organismes producteurs tels que des espèces de phytoplancton marin, jusqu’au dernier maillon, les espèces détritivores comme les vers de terre par exemple et les espèces décomposées comme les champignons ou bactéries.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Les scientifiques estiment que le poids total de tout les krills de l’Antarctique dépasse la totalité du poids de toute autre espèces animale sur la planète.

Nous avons expliqué que le krill est certainement la plus grande biomasse de la planète parmi toutes les espèces animales multicellulaires. Il représenterait également les animaux les plus abondants et productifs. C’est donc une réserve d’un nombre inconsidérable d’oligo-éléments, de vitamine A, de vitamine B et d’acides gras essentiels. La pâte de krill est d’ailleurs utilisée pour l’alimentation animale ou dans les régimes thérapeutiques pour les êtres humains.

Mais le krill est avant tout l’aliment de base de nombreux animaux : les baleines, les phoques, de nombreuses espèces de poissons, des oiseaux… La diminution du nombre d’individus ou tout autre facteur en lien avec les euphasides peut avoir un effet profond sur l’écosystème océanique. Par exemple, si des espèces de phytoplanctons mangées par le krill diminuent, la quantité de krill va diminuer. Il y aura donc moins de nourriture également pour les espèces animales se nourrissant de krill et de cause à effet, de toutes les espèces au sein de la même chaîne alimentaire.

L’importance du krill dans la régulation du CO2

En 2006, des chercheurs de chez British Antarctic Survey (BAS) et de l’université de Hull ont découvert un nouveau puits de carbone dans l’Océan austral. Le krill antarctique contribue de manière importante au flux vertical de carbone vers les fonds marins.

Les travaux publiés dans la revue scientifique Current Biology explique l’importance du krill dans le transport du carbone vers les fonds océaniques. Mais comment cela est-il possible ? Le krill, après s’être nourri de plancton microscopique en surface, il migre vers les eaux beaucoup plus profondes afin de se cacher des prédateurs durant la nuit. A chacune de ses migrations verticales, le krill libère dans l’eau du dioxyde de carbone en même temps qu’il rejette ses excréments. Et ce qui est surprenant, et qu’ils font ces aller-retour un grand nombre de fois par nuit. Les scientifiques estiment que le krill transporte une quantité de carbone équivalent aux émissions annuelles de 35 millions de voitures. Et ce phénomène est aussi important pour l’écosystème au vu du nombre d’individus faisant ce processus chaque nuit.

Le krill en danger ?

Les krills de l’Antarctique sont aujourd’hui grandement menacés. L’effet combiné de la (sur)pêche concentrée et du changement climatique a des effets sur la présence du krill dans les secteurs de ravitaillement de nombreuses espèces. La chaîne alimentaire de l’Antarctique en est grandement perturbée.

Les krills sont capturés par les navires de pêches industriels. Les plus perfectionnés ont un matériel spécial leur permettant d’aspirer les krills à bord et de les traiter sur place : ils obtiennent de plus grandes captures en peu de temps.

Le changement climatique a également de fortes répercussions sur le krill. Les températures de la péninsule antarctique s’élevant trop rapidement (et plus rapidement que n’importe où ailleurs dans le monde), cela provoque une réduction massive de la banquise polaire. C’est pourtant à celle-ci que les krills s’accrochent, tout comme les algues dont ils se nourrissent. Sans cette banquise, le krill ne pourra pas survivre et donc, les espèces en lien avec celui-ci non plus.

Entre 1970 et 2006, la population de krill a diminué de 80% dans les océans.

Comment protéger le krill ?

L’industrie de la pêche doit tout d’abord changer ses méthodes. Les navires de pêche agissent bien (trop) souvent à proximité immédiate des zones d’alimentation des animaux. C’est d’ailleurs en recherchant les manchots, baleines, oiseaux ou autres qu’ils repèrent les krills. Cette pêche devient donc une concurrence directe pour la nourriture. Certains bateaux ont également des pratiques peu respectueuses de l’environnement, et n’hésitent pas à jeter l’ancre à proximité des zones protégées, sans se soucis de l’impact potentiel de leurs actions sur la faune et le fond marin.

Créer un réseau d’aires marines pour sanctuariser la région et protéger cette dernière très fragile, via ces réserves marines. Depuis de nombreuses années, une grande campagne a été menée pour créer le plus grand sanctuaire marin au monde en mer de Weddell. Ce sanctuaire s’étendrait sur 1,8 million de km². La Commissions pour la conservation de la faune et la flore marines de l’Antarctique (CCAMLR) avait statuée favorablement sur la mise en place de cette réserve en 2018. La mer de Weddell étant située dans plusieurs pays dans le monde, et de grands acteurs dans la pêche industrielle mondiale, les différentes parties prenantes n’arrivent pas à se mettre d’accord après 8 années de discussions… Ce sont plus exactement les compagnies de pêches qui font pression pour ne pas changer leurs méthodes et leur revenus financiers issus de la pêche intensive qu’ils effectuent dans ces zones. Soutenue par plus de 2 millions de personnes à travers le monde, nous avons encore espoir en la création d’un espace protégé pour la faune et la flore de l’Antarctique. Vous pouvez vous aussi signer la pétition Greenpeace, et soutenir la création de cette réserve à cette adresse : https://act.greenpeace.org/page/18457/petition/1

POUR PLUS D’INFORMATIONS SUR LE KRILL, SON IMPORTANCE ET LES CONSEQUENCES DE SA DISPARITION FUTURE DANS LES EAUX ARCTIQUES, VOUS TROUVEREZ UN ARTICLE TRES COMPLET SUR LES ENJEUX AUTOUR DE CETTE THEMATIQUE SUR LE SITE OFFICIEL DE LA CCAMLR :

https://www.ccamlr.org/fr/fisheries/krill-%E2%80%93-biologie-%C3%A9cologie-et-p%C3%AAche

 

– Maurane

Sources :

https://www.pewtrusts.org/fr/research-and-analysis/fact-sheets/2014/10/protecting-antarctic-krill

https://www.nature.com/articles/s41467-019-12668-7/figures/1

https://cdn.greenpeace.fr/site/uploads/2018/03/Rapport-LicenceToKrill.pdf?_ga=2.91038290.95210061.1520845721-207280475.1503907404

https://mesanimaux.com/actualites/actualites-actualites/animaux-sauvages/limportance-du-krill-dans-les-ecosystemes-oceaniques/

https://cdn.greenpeace.fr/site/uploads/2018/03/Rapport-LicenceToKrill.pdf?_ga=2.91038290.95210061.1520845721-207280475.1503907404

https://www.pewtrusts.org/fr/research-and-analysis/fact-sheets/2019/10/protection-for-the-weddell-sea

https://www.japantimes.co.jp/news/2019/11/02/asia-pacific/science-health-asia-pacific/talks-antarctic-marine-sanctuary-fail/

No Comments

Post A Comment